PTEF : Chantier Villes et Territoires

Le Shift a pu consolider une Vision globale_v1 du Plan de transformation de l’économie française (PTEF), grâce aux nombreux retours engrangés depuis la publication de la Vision globale_v0 le 16 juillet. Nous vous proposons ici de découvrir l’une des 20 synthèses et la fiche associée, chacune faisant entre 1 et 2 pages : ensemble, elles constituent le Rapport de Synthèse.

La fiche synthétisée et mise à disposition sur cette page est un document de travail.

  • La fiche présentée traite d’un sujet parmi une vingtaine, qui sont intriqués les uns aux autres. Ensemble, ces fiches reflètent l’état d’avancement de notre travail de définition d’une vision cohérente, multisectorielle, d’une économie transformée – appelée Vision globale_v1 (celle-ci sera publiée plus tard en intégralité, sous la forme d’un Rapport Complet).
  • Cette vision globale reste à parfaire (encore), à débattre (toujours), et à compléter (bien sûr !) par des propositions de mesures opérationnelles avant de devenir un plan (un vrai ?) à proprement parler.
  • Cette vision globale de la transformation sert ainsi de point de départ pour mobiliser les acteurs sectoriels et territoriaux concernés. Le but de cette mobilisation : recueillir leurs avis, faire avancer les réflexions sur la décarbonation et la résilience dans leurs domaines respectifs, et ce faisant élaborer, secteur par secteur, des mesures plus concrètes permettant de déclencher la transformation dans les bons ordres de grandeur.
  • Ces démarches et leurs résultats alimenteront de manière originale et, nous l’espérons, utile, le débat public précédant l’élection présidentielle française de 2022. Cette deuxième étape débute maintenant.

En vue d’alimenter le travail sectoriel et de nourrir le débat public français, Les Shifters (l’association des bénévoles du Shift) mènent entre octobre 2020 et l’été 2021 une grande consultation sous le nom de code de « Big Review ». Pour participer, pas besoin d’être un expert, c’est votre avis de citoyen qui compte ! Si vous voulez participer, quatre moyens de vous impliquer :

  • Donnez votre avis en répondant au questionnaire en ligne et en encourageant votre entourage à le faire : http://www.bit.ly/3k9rKju
  • Participez à un atelier de discussion en vous inscrivant à l’une des prochaines sessions : https://www.weezevent.com/bigreview 
  • Devenez-vous aussi Shifter et organisez un atelier de discussion pour mobiliser votre entourage : https://bit.ly/2FAxZhh
  • Suivez le Shift Project et les Shifters sur les réseaux sociaux et partagez les informations relatives au PTEF et à la Big Review.
  • Notre objectif est de recueillir au moins 10.000 réponses au questionnaire et d’organiser 1000 discussions sur l’ensemble du territoire, alors nous avons besoin de vous pour construire collectivement ce nouveau projet de société !

Documents

Fiche sectorielle courte
Villes et territoires
Avancement du PTEF à octobre 2020

Fiche sectorielle longue
Villes et territoires
Avancement du PTEF à fin 2020

20 Fiches compilées
Rapport de Synthèse
Avancement du PTEF à octobre 2020

Secteurs et chantiers du PTEF

Synthèse de la fiche Villes & Territoires du PTEF 

Les villes et les territoires aujourd’hui    

Le chantier concerne le lien entre les villes et les territoires ruraux, les autres chantiers et secteurs du Plan de transformation. Les villes concentrent 80 % de la population française et émettent 67 % des gaz à effet de serre du pays. Ce sont des territoires fortement dépendants des flux de matières et d’énergie (Paris ne produit par exemple que 2 % de l’énergie qu’elle consomme) et qui reposent sur des systèmes logistiques et de transport complexes. Les villes sont également responsables d’une part de l’artificialisation des terres, et de la dégradation des conditions de santé des habitants (pollution atmosphérique, propagation des maladies en raison des concentrations de population…). À l’inverse, les territoires urbains présentent une série d’avantages utiles à la transition. Leur forte concentration de population réduit par exemple les besoins en transport et certains besoins en énergie (surface plus réduite des logements).

Les outils de la transformation

L’amélioration de la résilience des villes et des territoires en lien avec elles appelle une modification profonde des pratiques d’urbanisme. Tout d’abord, une politique « zéro artificialisation brute » doit être mise en place afin de sauvegarder les espaces de biodiversité et de puits carbone. Cette politique passe avant tout par une modification du droit de l’urbanisme. Parallèlement, doit se mettre en place une politique d’aménagement vers des territoires « de proximité » : densification ciblée des villes notamment via la réutilisation des surfaces déjà imperméabilisées (friches) ou la revitalisation des villes petites et moyennes, tout en conservant suffisamment d’espaces verts pour améliorer la qualité de vie ; développement d’un système alimentaire local permettant une autosuffisance alimentaire partielle du territoire. Les villes devront également favoriser la massification du logement bas carbone (nouvelles constructions ou chantiers de rénovation) tout en adaptant leurs territoires aux conséquences des changements climatiques (réduction des ilots de chaleur urbaine, appropriation des enjeux d’adaptation par les acteurs du territoire et les citoyens, développement de dispositifs de gouvernance associant la population sur ces sujets…).

Le secteur à l’issue de la transformation

Grâce à la transformation de leur urbanisme, les villes et leur arrière-pays ont vu une baisse de 20 % des besoins en mobilité quotidienne. Par ailleurs elles produisent 50 % de leurs besoins alimentaires. La population est répartie de manière plus équitable sur l’ensemble du territoire national. Les territoires sont maintenant maillés par des chemins, des sentiers piétons et des vélo-routes afin de favoriser la mobilité active, légère et électrique, tout en maintenant des réseaux ferrés et routiers adaptés aux longues distances. L’espace public favorise la convivialité, la biodiversité et limite les effets des canicules. Le logement est sobre, abordable, et proche des zones d’emploi, limitant la demande en déplacements.

Les questions qui nous restent à explorer

  • Dans le secteur : les contreparties aux modifications des pratiques d’urbanisme doivent être précisées et chiffrées.
  • En lien avec le reste de l’économie : les besoins en transport, en énergie, en logement des villes post-transformation notamment doivent être mis en cohérence avec les secteurs concernés.

Les impacts

  • Les plus: l’espace urbain et son arrière-pays est pleinement adapté à une société résiliente aux chocs climatiques et énergétiques.
  • Les limites: la mutation des pratiques d’urbanisme est un processus complexe et lent à mettre en œuvre.

 


Votre contribution est encore possible pour la suite du travail : elle pourra être sectorielle, transversale, porter sur la valorisation et vulgarisation du travail ou consister simplement à vous rendre disponible pour un entretien avec l’équipe du Shift Project dans votre domaine d’expertise. Pour les plus motivé.e.s d’entre vous, rendez-vous sur cet autre formulaire en ligne pour proposer votre contribution : vous serez sollicité.e le moment venu.