Plan de transformation de l’économie française : focus sur l’agriculture et l’alimentation

Le Shift a pu consolider une Vision globale_v1 du Plan de transformation de l’économie française (PTEF), grâce aux nombreux retours engrangés depuis la publication de la Vision globale_v0 le 16 juillet. Nous vous proposons ici de découvrir l’une des 20 synthèses et la fiche associée, chacune faisant entre 1 et 2 pages : ensemble, elles constituent le Rapport de Synthèse.

La fiche synthétisée et mise à disposition sur cette page est un document de travail.

  • La fiche présentée traite d’un sujet parmi une vingtaine, qui sont intriqués les uns aux autres. Ensemble, ces fiches reflètent l’état d’avancement de notre travail de définition d’une vision cohérente, multisectorielle, d’une économie transformée – appelée Vision globale_v1 (celle-ci sera publiée plus tard en intégralité, sous la forme d’un Rapport Complet).
  • Cette vision globale reste à parfaire (encore), à débattre (toujours), et à compléter (bien sûr !) par des propositions de mesures opérationnelles avant de devenir un plan (un vrai ?) à proprement parler.
  • Cette vision globale de la transformation sert ainsi de point de départ pour mobiliser les acteurs sectoriels et territoriaux concernés. Le but de cette mobilisation : recueillir leurs avis, faire avancer les réflexions sur la décarbonation et la résilience dans leurs domaines respectifs, et ce faisant élaborer, secteur par secteur, des mesures plus concrètes permettant de déclencher la transformation dans les bons ordres de grandeur.
  • Ces démarches et leurs résultats alimenteront de manière originale et, nous l’espérons, utile, le débat public précédant l’élection présidentielle française de 2022. Cette deuxième étape débute maintenant.

En vue d’alimenter le travail sectoriel et de nourrir le débat public français, Les Shifters (l’association des bénévoles du Shift) mènent entre octobre 2020 et l’été 2021 une grande consultation sous le nom de code de « Big Review ». Pour participer, pas besoin d’être un expert, c’est votre avis de citoyen qui compte ! Si vous voulez participer, quatre moyens de vous impliquer :

  • Donnez votre avis en répondant au questionnaire en ligne et en encourageant votre entourage à le faire : http://www.bit.ly/3k9rKju
  • Participez à un atelier de discussion en vous inscrivant à l’une des prochaines sessions : https://www.weezevent.com/bigreview 
  • Devenez-vous aussi Shifter et organisez un atelier de discussion pour mobiliser votre entourage : https://bit.ly/2FAxZhh
  • Suivez le Shift Project et les Shifters sur les réseaux sociaux et partagez les informations relatives au PTEF et à la Big Review.
  • Notre objectif est de recueillir au moins 10.000 réponses au questionnaire et d’organiser 1000 discussions sur l’ensemble du territoire, alors nous avons besoin de vous pour construire collectivement ce nouveau projet de société !

Documents

Fiche de synthèse
Agriculture & Alimentation
Avancement du PTEF à octobre 2020

Fiche sectorielle longue
Agriculture & Alimentation
Avancement du PTEF à fin 2020

20 Fiches compilées
Rapport de Synthèse
Avancement du PTEF à octobre 2020

Secteurs et chantiers du PTEF

Synthèse de la fiche Agriculture & Alimentation du PTEF 

Le secteur aujourd’hui              

Le secteur de l’agriculture et du système alimentaire regroupe les activités qui nous permettent de produire, transformer, distribuer et consommer notre nourriture (et de la biomasse à des fins énergétiques). L’ensemble de ces activités consomme un total de 18 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) d’énergie par année, principalement sous forme d’énergie fossile. Parallèlement, notre alimentation est responsable directement ou indirectement de 163 millions de tonnes (Mt) de CO2eq, soit environ un quart de l’empreinte carbone française. Le secteur est spécialisé, concentré, et dépend du marché international pour se fournir en intrants et certains produits alimentaires ainsi que pour exporter ses surplus. Il regroupe environ 1 430 000 emplois, dont la moitié dans l’agriculture. Le déclin du nombre d’agriculteurs, amorcé dès la révolution industrielle, se poursuit encore aujourd’hui.

Les outils de la transformation

Trois changements majeurs doivent s’opérer dans le système alimentaire afin d’augmenter sa résilience et diminuer son empreinte écologique. Tout d’abord il est nécessaire de reterritorialiser certaines de ses activités : raccourcir les chaînes d’approvisionnement (circuits courts et filières de proximité, production locale de fruits et légumes, autonomie fourragère des élevages) et recycler les nutriments. Ensuite, l’offre alimentaire tout comme les habitudes de consommation devront se transformer en visant la réduction de la consommation de produits d’origine animale, des pertes, des gaspillages et des emballages, ainsi que de la déforestation importée. Il est enfin nécessaire de décarboner les pratiques agricoles en diminuant les productions animales (responsables d’environ 90 % des émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture), en généralisant les pratiques agroécologiques ou encore en développant l’autonomie énergétique du secteur (biogaz, biocarburant…). Un point critique concerne l’adaptation de l’agriculture aux conséquences du changement climatique.  

Le secteur à l’issue de la transformation

 La production globale agricole a diminué, mais la disponibilité alimentaire a augmenté grâce à la diminution des besoins en céréales et en surfaces fourragères pour les animaux d’élevage et grâce à la réduction des pertes et gaspillages. Le besoin en transport de denrées alimentaires a été fortement réduit (-65 %) grâce à la mise en place de nombreuses filières de proximité. Le secteur devient producteur net de carburants et combustibles. Les émissions directes de gaz à effet de serre (GES) de l’agriculture ont baissé de 58 %. Les pollutions agricoles ont fortement diminué, les paysages sont plus diversifiés et la biodiversité se rétablit. Le changement des habitudes alimentaires a contribué à améliorer la santé globale de la population.

Les questions qui nous restent à explorer

  • Dans le secteur : les estimations en termes d’emplois et de bilan économique du secteur doivent être consolidées et affinées. Les effets du Plan de transformation (PTEF) sur le secteur du négoce et du commerce de détail n’ont pas encore été investigués en détail.
  • En lien avec le reste de l’économie : l’articulation entre le changement des pratiques alimentaires et le volet « prévention » du secteur de la santé est à préciser davantage.

L’emploi

Le PTEF a permis de créer 450 000 emplois par rapport à 2020 grâce notamment à la relocalisation de la production des fruits et légumes, à la généralisation des pratiques agroécologiques et à la diversification des activités réalisées « à la ferme ». La forte création d’emplois dans l’agriculture dépasse largement la baisse néanmoins conséquente de certaines activités de transformation industrielle.

Les impacts

  • Les plus: le secteur agricole devient résilient aux changements climatiques et énergétiques, et a réduit ses émissions de GES. La biodiversité est restaurée et les pollutions agricoles diminuées. Le nombre d’emplois dans le secteur est en hausse ainsi que les revenus perçus par le monde agricole. La santé globale de la population s’améliore.
  • Les limites: le changement des habitudes alimentaires et des pratiques agricoles sont des processus complexes à mettre en œuvre. En particulier, ils vont à l’encontre des intérêts à court terme d’acteurs économiques importants et sont donc politiquement difficiles à porter.

Votre contribution est encore possible pour la suite du travail : elle pourra être sectorielle, transversale, porter sur la valorisation et vulgarisation du travail ou consister simplement à vous rendre disponible pour un entretien avec l’équipe du Shift Project dans votre domaine d’expertise. Pour les plus motivé.e.s d’entre vous, rendez-vous sur cet autre formulaire en ligne pour proposer votre contribution : vous serez sollicité.e le moment venu.