Décarbonons le Sport

Le programme de travail “Décarbonons le Sport” vise à imaginer la transformation du secteur du sport français pour répondre aux contraintes physiques qui le conditionnent et avant tout à la double contrainte carbone (d’un côté la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement climatique, de l’autre l’impératif de libérer nos sociétés de la dépendance à des énergies fossiles disponibles en quantités in fine limitées), et instruire les enjeux socio-économiques que ces problématiques soulèvent.

Un premier rapport sectoriel sous format “Proof of concept” sera dédié aux infrastructures sportives et culturelles que sont les grands stades. Il devra démontrer les dépendances énergétiques et impacts climatiques (donc émissions de gaz à effet de serre) de ces infrastructures, en tant qu’hôtes de grands événements sportifs. Ce POC permettra d’établir un ensemble de méthodologies et d’habitudes de travail qui pourront être mobilisées par la suite dans le rapport sectoriel plus complet. Il permettra une première vague d’embarquement des acteurs du sport.

Contexte : pourquoi on s’intéresse au sport ?

Une vulnérabilité face aux risques actuels et futurs

Les chocs énergétiques et climatiques ne sont pas sans conséquence pour les infrastructures et les pratiquants d’activités sportives. Un nombre croissant de compétitions grand public ou de compétitions internationales sont interrompues pour cause de feux de forêt, d’inondations ou de vagues de chaleur. L’intensité et la fréquence croissante des vagues de chaleur, des pics de pollution et l’exposition à des catastrophes naturelles entraîneront une diminution de la pratique globale, avec une diminution marquée chez les personnes âgées ou ayant une maladie chronique. 

Le sport de haut niveau ou de compétition est également menacé. Une pollution de l’air locale et répétée est déjà associée à une diminution des indicateurs de performance en football (distance parcourue par exemple). Les fortes chaleurs couplées à une humidité marquée accentuent le nombre d’abandons dans les grands rassemblements de course à pied et font peser de graves risques sur la santé. Dans son rapport, le WWF annonce que dans un scénario de réchauffement global à +4°, les vagues de chaleur pourraient rendre impossible l’entraînement ou la compétition près de 2 mois par an en France.

Par ailleurs, les soubresauts de l’approvisionnement énergétique mettent en risque la capacité des organisations à assurer une continuité de service, par exemple pour les piscines durant la crise énergétique de l’hiver 2022.

Une contribution au réchauffement climatique encore inconnue, donc à déterminer 

La consommation énergétique imputée aux activités sportives, récréatives et de loisirs s’élevait à 11,95TWh en 2019. Bien que représentant moins de 1% de la consommation énergétique directe nationale, la visibilité médiatique, le poids économique (2,6% du PIB selon BPCE L’Observatoire) et la capacité à mobiliser des pans entiers de la population via les bénévoles, les spectateurs et les pratiquants confère au secteur sportif une responsabilité majeure dans la transition écologique.

Par ailleurs, son mix énergétique, à l’instar du reste de l’économie, demeure particulièrement carboné : 73% des gymnases et salles de sport sont encore alimentés en chauffage par des combustibles fossiles, 63% pour les piscines et 54% pour les salles polyvalentes. La contribution globale en émissions de GES des activités sportives reste cependant encore à déterminer.

Le sport influence le monde

L’influence du sport est un levier incontournable pour accélérer la décarbonation de l’économie française. Il a un rôle prépondérant dans la transmission des valeurs entre les individus et est un important potentiel de diffusion d’informations étayées ou de bonnes pratiques. Une récente étude du MIT démontre qu’entre 1950 et 2000, près de 40% des personnages historiques influents sont issus du milieu sportif (dont 28% rien que pour le football). Cependant, certaines de ces personnalités promeuvent un système consumériste, incompatible avec les limites physiques de notre planète. 

Notons que les sportifs de haut niveau ne sont pas les seuls concernés (marques de sport, fédérations professionnelles internationales, nationales, etc.) et sont souvent dépendants des calendriers de compétition. L’omniprésence de la publicité, via notamment le sponsoring, est également à prendre en considération. 

Le sport, surtout, rassemble les pratiquants autant que les spectateurs et fans, et porte des valeurs fortes.

Objectifs & Méthodologie
Calendrier

PARTIE 1 – Décarbonons les grandes manifestations sportives dans les Stades

  • 19 mars 2024 : Publication du Rapport intermédiaire et organisation d’ateliers collaboratifs avec les parties prenantes
  • 4 juillet 2024 : Publication du Rapport Final

PARTIE 2 – Décarbonons le Sport

  • Travaux en 2024-2025
Partenaires

PARTIE 1 – Décarbonons les Stades : notre partenaire MAIF avec Sport Planète

Le Shift Project remercie MAIF, pour son soutien financier, dans le cadre du mouvement Sport Planète, sur le volet Stades et grandes manifestations sportives dans les stades en 2023-2024.

« Convaincue que le sport est un formidable vecteur pour faire évoluer les consciences, la MAIF déploie, depuis 2020, son mouvement Sport Planète. C’est en mettant à disposition de tous et gratuitement, un ensemble de ressources et en organisant des actions que MAIF entend sensibiliser à la pratique d’un sport plus respectueux de l’environnement. Que ce soit par le soutien à des porteurs de projets inspirants, des écoaventuriers engagés, des événements sportifs qui entament une démarche exemplaire, MAIF se joint au monde sportif pour sensibiliser et favoriser une pratique sportive responsable. Retrouvez plus d’informations sur le site de MAIF. »

PARTIE 2 – Décarbonons le Sport : rejoignez-nous !

Nous sommes à la recherche de partenaires financeurs pour les travaux plus larges sur le secteur du Sport en 2024-2025. Rejoignez-nous !

Le Cercle thématique Sport (CT Sport) des Shifters

Le Shift remercie également le Cercle thématique Sport (CT Sport) des Shifters pour leur soutien et leur aide précieuse dans la poursuite de ces travaux. Pour rejoindre le CT Sport:

  • Rejoignez d’abord l’association The Shifters, en cliquant ici
  • Rejoignez ensuite le CT Sport, en cliquant ici
Equipe projet & contacts 
  • Chargé de projet : Alan Lemoine – alan.lemoine@theshiftproject.org
  • Coordinateur de projet : Jean-Noël Geist – jean-noel.geist@theshiftproject.org
  • Communication : Pauline Brouillard
  • Pour partager des données ou des réflexions concernant ces travaux, contactez Alan Lemoine
  • Pour apporter un soutien financier, contactez Jean-Noël Geist
  • Pour contribuer à ces travaux, rejoignez le Cercle thématique Sport des Shifters
  • Pour recevoir notre Lettre d’information, cliquez ici