Décarboner la mobilité quotidienne dans les zones de moyenne densité

The Shift Project a constitué en mars 2016 un groupe de travail dirigé par Francisco Luciano. Il a publié son rapport final intitulé Décarboner la mobilité dans les zones de moyenne densité le 14 septembre 2017, juste avant l’ouverture des Assises de la mobilité. The Shift Project a également publié plusieurs notes et analyses depuis, ainsi que lancé de nouvelles recherches.  

Recherches initiées à la suite du premier rapport

The Shift Project a initié deux projets de recherche visant à opérationnaliser les recommandations, et à préciser les résultats du premier rapport : 

  • Guide pour une mobilité quotidienne bas-carbone : le projet a été initié fin 2018, et la publication définitive se fera en 2020. Le « Guide » vise à permettre aux acteurs territoriaux d’identifier les obstacles dans la mise en œuvre de solutions de mobilité bas carbone, et leurs conditions de succès.
  • Décarboner la mobilité quotidienne en Vallée de la Seine : le projet a été initié en 2019, et la publication définitive se fera en 2020. Le rapport sera une mise à jour du rapport de 2017, plus précis et plus cible sur l’Île-de-France (y compris Paris intra-muros, cette fois-ci) et la Normandie (avec un focus sur les métropoles de Caen, Le Havre et Rouen).

Notes et analyses publiées à la suite du premier rapport

Francisco Luciano a représenté le Shift dans le groupe de travail sur les mobilités vertes des Assises de la mobilité, et a contribué à l’élaboration de la PPE et de la SNBC du secteur mobilité. Depuis, le Shift a publié :

Principales conclusions du rapport de 2017 « Décarboner la mobilité dans les zones de moyenne densité »

Il est possible d’éviter jusqu’à 70 % des émissions de CO2 dues à la mobilité locale des personnes dans les zones périurbaines, en mettant en œuvre des stratégies privilégiant le vélo et le covoiturage ainsi que, sur les grands axes autour des agglomérations, les transports publics express. Le télétravail et l’évolution de la distribution des achats semblent en revanche des stratégies moins prometteuses. C’est ce que conclut un rapport publié le 14 septembre par The Shift Project, think tank de la transition carbone, cinq jours avant l’ouverture des « Assises de la mobilité » lancées par la ministre des Transports Elisabeth Borne. Ces solutions réclament des investissements limités, capables à terme de rendre la mobilité moins coûteuse pour les habitants sans rallonger dans la plupart des cas leur temps de transport quotidien.

L’étude concerne les 27 millions de Français qui vivent dans les zones périurbaines. Les décennies de politiques d’aménagement et d’investissements publics qui ont favorisé l’étalement urbain, ont aussi rendu la voiture particulière omniprésente et la desserte en transports publics faible, voire inexistante. Les objectifs de transition énergétique font par conséquent des zones périurbaines un chantier décisif de la « décarbonation » de la France, auquel le gouvernement a annoncé vouloir s’atteler. Le rapport montre qu’un système de mobilité bas-carbone efficace est possible. Il dresse ainsi le portrait d’une alternative au « tout voiture ».

La mobilité quotidienne dans le périurbain est aujourd’hui assurée à 85 % par la voiture particulière. L’introduction de taxes destinées à décourager l’utilisation de combustibles fossiles, tout comme l’épuisement à terme des ressources pétrolières devraient avoir un fort impact sur la vie des habitants du périurbain. L’objectif de zéro émissions nettes à horizon 2050, nécessaire pour maintenir le réchauffement sous les +2°C, ne requiert pas seulement une évolution forte du parc automobile (sobriété des véhicules thermiques, électrification). Il réclame en premier lieu des évolutions majeures dans les modes et les habitudes de déplacement, et donc une évolution des services de mobilité ainsi qu’un aménagement, parfois conséquent, des infrastructures.

Partant de ce constat, The Shift Project a souhaité faire émerger des propositions d’action concrètes à moyen terme pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles et les émissions de CO2 découlant de la mobilité locale dans le périurbain. L’étude quantifie les réductions d’émissions atteignables grâce à des solutions alternatives à la voiture individuelle, décrit les mesures nécessaires à leur mise en œuvre, et chiffre l’effort économique requis.

Des politiques sectorielles visant à développer les alternatives évoquées dans ce rapport seront nécessaires. Elles permettront – et pour être particulièrement efficaces, exigeront – une réaffectation des grandes quantités d’espace dédié aujourd’hui à la voiture individuelle. Elles amèneront une réduction des dépenses de mobilité des ménages et augmenteront la capacité à se déplacer des personnes à mobilité réduite, tout en améliorant la qualité de l’air.

Ce rapport apporte des clés pour effectuer judicieusement les arbitrages nécessaires : ceux-ci doivent favoriser les solutions les plus efficaces en termes d’émissions évitées et de coûts de mise en œuvre. Il montre que le système vélo et le covoiturage représentent un potentiel très important, et que les transports publics express peuvent aussi contribuer à la réduction des émissions. Le potentiel du télétravail semble par contre bien trop faible pour être prioritaire, et celui de la distribution des achats semble à la fois faible et difficilement activable.

Répondre aux impératifs climatiques implique de repenser notre modèle de mobilité dans son ensemble. C’est aussi une opportunité formidable de réduire le coût des déplacements, de créer du lien et d’améliorer la qualité de vie des Français : saisissons-la !

Quelques chiffres : 

En 2013, le secteur des transports a émis 126 Mt de CO2 en France métropolitaine soit 28 % des émissions de GES et 36 % du CO2 national. En 2013, le mode routier était le principal émetteur de CO2 du secteur des transports (120 Mt, soit 95 %), dont 40 % dus aux voitures particulières diesel. Les « Zones de moyenne densité » (ZMD), qui sont situées à la périphérie des centres urbains, représentent 11 % du territoire, et 43 % de la population y habite. La mobilité locale dans les ZMD émet 21,3 Mt CO2, soit 17 % du total des émissions dues aux transports en France métropolitaine.

Vous pouvez consulter :

Autres travaux sur le même sujet :

Contact : communication(a)theshiftproject.org