Décarboner la mobilité quotidienne dans les zones de moyenne densité

Le secteur des transports est la première source d’émissions de gaz à effet de serre (GES) en France, avec près de 30 % des émissions totales. La route génère 95 % du CO2 des transports. Les enjeux liés à la mobilité du quotidien sont largement explorés par les milieux académique et industriel. Cependant, les zones de moyenne densité sont trop souvent négligées, alors qu’elles représentent 43% de la population, et sont profondément dépendantes de la voiture particulière et son/ses carburant(s). Pour cette raison, The Shift Project a décidé de se pencher sur ce sujet spécifiquement. 

Tous nos travaux 

Soutenu par l’ADEME, ce projet, qui a été présenté le 24 janvier 2020 à Paris, vise à chiffrer le potentiel de décarbonation de cinq alternatives à l’autosolisme (livraison des achats, covoiturage, télétravail, vélo, transports publics express) dans les régions Normandie et Île-de-France.

Le Rapport Complet

 

Ce guide fondé sur l’expérience des territoires, présenté le 4 février 2020 à Paris, propose de nombreuses recommandations très opérationnelles adressées aux collectivités pour les aider à mettre en œuvre une politique de mobilité efficace, résiliente, et sobre en carbone. Le guide pour une mobilité bas carbone met en évidence les leviers les plus prometteurs pour parvenir rapidement à un report modal depuis la voiture en solo vers des modes actifs ou partagés.

Guide complet

 

  • Étude comparative de l’impact carbone de l’offre des véhicules, Février 2020

    Cette étude a été réalisée en parallèle de nos travaux sur le Guide pour une mobilité quotidienne bas carbone afin d’explorer les enjeux liés aux choix technologiques et leur usage (la motorisation et son vecteur énergétique, mais aussi l’infrastructure associée, et le degré d’optimisation du véhicule) afin d’éclairer la décision publique sur cet aspect des politiques de mobilité, de manière complémentaire à l’éclairage fourni par le Guide.

Étude complète véhicules

Cette note vise à remettre en question l’ambition d’une grande partie de l’opinion publique de mettre en place un système de mobilité tout électrique. Nous proposons ici une vision alternative de la mobilité du future qui soit efficiente et résiliente.

Cette note analyse l’impact potentiel du développement de l’autopartage sur les émissions de CO2. En effet cette solution ne peut être envisagée qu’en complément d’alternatives à l’autosolisme.

Bien que le lancement du « Plan Vélo » présenté par le Premier ministre le 14 septembre 2018 soit le premier effort de cette envergure pour remettre le vélo au gout du jour. Le Shift regrette néanmoins la faiblesse des moyens alloués, et le fait que la priorité n’en soit pas le maillage du territoire en infrastructures cyclables. Le développement du vélo bénéficie pour la première fois en France d’objectifs chiffrés ambitieux (passer la part modale du vélo de 3 % à 9 % d’ici 2024), et d’un budget national spécifique.

Ce rapport, présenté le 14 septembre 2017 à Paris, montre qu’un système de mobilité bas-carbone efficace est possible. Il dresse ainsi le portrait d’une alternative au « tout voiture ». Dans ce rapportThe Shift Project a souhaité faire émerger des propositions d’action concrètes à moyen terme pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles et les émissions de CO2 découlant de la mobilité locale dans le périurbain. L’étude quantifie les réductions d’émissions atteignables grâce à des solutions alternatives à la voiture individuelle, décrit les mesures nécessaires à leur mise en œuvre, et chiffre l’effort économique requis.

Le Rapport complet

La publication de ce rapport a été accompagné de deux notes : 

Suite à ces premiers travaux, The Shift Project a proposé un  bilan critique des Assises de la mobilité en décembre 2017. 

Contact : communication@theshiftproject.org