Les grands acteurs de l’énergie appellent à un prix du carbone et une politique industrielle européenne

Le 15 octobre dernier, à l’occasion du salon et congrès World Efficiency, The Shift Project a réuni les dirigeants de Total, Areva, EDF ainsi qu’E.ON Renouvelables et la DG Energie dans le cadre d’une plénière inédite sur la décarbonation de l’énergie européenne. Modérée par Jean-Marc Jancovici, Président du Shift Project, la session a donné lieu à des échanges passionnants.

Retour sur la conférence exclusive du Shift Project sur la décarbonation de l’energie européenne

Avec Patrick Pouyanné (Total), Jean-Bernard Lévy (EDF), Philippe Varin (Areva),  Michael Lewis (E.ON Renouvelables),  Anne Houtman (DG Energie) et Jean-Marc Jancovici (The Shift Project)

Messages clés de la session :

  • L’appel unanime de la part des énergéticiens un prix du CO2 et d’une approche sur le long-terme afin notamment de déclencher les bons investissements et accélérer la sortie du charbon.
  • La nécessité d’une politique industrielle cohérente au niveau européen pour atteindre les objectifs de décarbonation.

Points saillants des interventions : 

Patrick Pouyanné, Directeur général et Président du Comité Exécutif de Total : passage 1 et passage 2

  • La nécessité de la mise en place d’un marché du carbone et d’un prix du CO2 atteignant 30 à 40 euros
  • L’absence de politique industrielle en Europe 
  • La pertinence du rapport Canfin-Grandjean sur les propositions en matière de marché du carbone
  • La fin des activités de Total liées au charbon et le choix de l’entreprise de ne pas exploiter en Arctique
  • La place du gaz dans le mix énergétique
  • Les investissements dans les renouvelables pour préparer le futur
  • Le défi énergétique en Afrique

Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe EDF : passage 1 et passage 2 

  • La nécessité, pour décarboner :
    • de regarder la consommation plutôt que la production de CO2
    • de mettre en place des politiques fiscales et de marché favorisant la décarbonation
    • d’accélérer les processus de législation européenne
    • d’un prix du CO2 qui renverse l’ordre de mérite des sources d’énergie
    • de ne pas opposer nucléaire et renouvelables
  • L’objectif d’EDF de plus que doubler le parc d’énergie renouvelable et continuer à investir
  • La substitution de l’electricité à d’autres sources d’énergie dans le transport et le bâtiment
  • La fin des nouveaux projets de centrales à charbon en Europe
  • L’optimisation du portefeuille d’activités en Europe pour atteindre les objectifs de décarbonation

Michael Lewis, Directeur des opérations de E.ON Renouvelables : passage 1 et passage 2 

  • La nécessité d’un prix du carbone beaucoup plus élevé et d’un marché EU ETS qui, bien qu’utile, doit être ajusté 
  • Les investissements de l’entreprise, de l’ordre de 10milliards €, dans les renouvelables y compris offshore
  • Les questions liées au stockage d’énergie renouvelable 

Philippe Varin, Président du Conseil d’Administration d’AREVA : passage 1 et passage 2

  • La nécessité d’un signal prix du carbone et d’une approche sur le long terme
  • Le rôle de ce signal prix dans la compétition entre le nucléaire décarboné et les énergies renouvelables
  • La question de l’acceptabilité publique concernant le nucléaire
  • La complémentarité du nucléaire avec le développement des renouvelables

Anne Houtman, Conseiller principal – Direction Générale de l’énergie – Commission Européenne : passage 1

  • La priorité à donner à la réduction de la consommation et à l’efficacité énergétique, notamment dans le secteur des bâtiments
  • L’importance des actions locales, nationales et régionales en complément de travail au niveau européen
  • La nécessité de faire évoluer le marché des quotas d’émissions de CO2 et d’augmenter le prix du carbone
  • Le manque de moyens pour construire une vraie politique industrielle au niveau européen