Étude du lien entre PIB et consommation d’énergie

Démarche

Il est facile de comprendre que notre économie entière repose en pratique sur la consommation d’énergie. En considérant que nous transformons des ressources en produits et en services, et que chaque transformation requiert l’utilisation d’énergie, il semble logique que la production économique soit liée à la quantité d’énergie ajoutée dans le système.

 

En bleu : variation de la production physique de pétrole depuis 1966.
En orange : variation du PIB par personne en moyenne monale.
Sources : World Bank (PIB) et BP (production de pétrole)

Il est également bien connu que la plus grande part de l’énergie que nous consommons provient de combustibles fossiles (90% de la consommation d’énergie primaire en 2011) qui sont, sans doute aucun, des ressources non-renouvelables.

Graph GDP Energy

Par conséquent, si le futur de l’économie repose sur l’avenir de l’énergie, qui repose lui sur des ressources non-renouvelables, alors la construction d’une économie sans carbone devient vitale pour tout programme politique.

Objectif du groupe de travail

L’objectif du groupe de travail lancé par The Shift Project est d’analyser dans quelle mesure l’énergie est le premier élément qui définit l’économie en questionnant le lien entre le PIB et la consommation d’énergie.

Durant la première phase, nous étudierons la relation entre le PIB et la consommation d’énergie sur le long terme et évaluerons l’élasticité de la croissance de la consommation et de l’efficacité énergétique avec des méthodes économétriques.

Durant la seconde phase, nous établirons un modèle macro-économique incluant le volume d’énergie consommée en tant que moteur du PIB. Cette analyse sera basée sur un modèle Putty-Clay de progrès technique dirigé et de croissance endogène. La principale différence avec les approches standards consistera à introduire l’énergie comme contribuant à la fonction de production mondiale, et à partir de l’hypothèse que l’énergie et le travail sont peu substituables, le capital n’étant rien d’autre que le résultat de l’accumulation du travail et de l’énergie passés. En guise de sous-produit, cela apportera une explication théorique à plusieurs faits marquants : la constance de l’intensité énergétique du PIB mondial aussi bien que la constance de la part du salaire dans la valeur ajoutée.

Enfin nous analyserons dans une dernière phase l’avenir des économies dépendantes à l’énergie fossile, et déterminerons dans quelle mesure ces économies sont contraintes dans leur approvisionnement en combustibles fossiles.

Première publication

L’article “How Dependent is Growth from Primary Energy ? Output Energy Elasticity in 50 Countries (1970-2011)” est en ligne sur le site du Centre d’économie de la Sorbonne.

A propos du groupe de travail

Le groupe rassemble des experts en énergie, économie et économétrie.

  • Gaël Giraud (CNRS, Centre d’Economie de la Sorbonne, Ecole d’Economie de Paris)
  • Jean-Marc Jancovici (The Shift Project)
  • Zeynep Kahraman (The Shift Project)

Présentation courte lors des Ateliers du Shift du 11 décembre 2014

Contact

Zeynep Kahraman
Directrice des projets
zeynep.kahraman(a)theshiftproject.org