État d’avancement du Plan de transformation de l’économie : un premier aperçu de la Vision globale

Nous sommes heureux de partager avec vous le premier jalon du travail annoncé le 6 mai 2020, qui a pu être initié grâce au succès de sa campagne de financement participatif – merci aux plus de 3800 donateurs !

Nous mettons ici à votre disposition deux choses :

  • D’une part, la vingtaine de fiches qui composent la Vision globale_v0 du Plan de transformation de l’économie française (PTEF), en date de juillet 2020. Chacune peut se lire séparément. Ensemble, elles donnent un bon aperçu de l’avancement de notre travail depuis son lancement, et une vision globale, systémique de l’économie française.
  • D’autre part, la synthèse de ces fiches, disponible dans le Rapport de Synthèse depuis octobre 2020. 

Vision globale_v0
Rapport complet
État d’avancement du PTEF à juillet 2020

Vision globale_v1
Rapport de Synthèse
État d’avancement du PTEF à octobre 2020

Ensemble, ces fiches reflètent l’état d’avancement de notre travail de définition d’une vision cohérente, multisectorielle, d’une économie transformée – appelée Vision globale_v1 (celle-ci sera publiée plus tard en intégralité, sous la forme d’un Rapport Complet).

Cette vision globale reste à parfaire (encore), à débattre (toujours), et à compléter (bien sûr !) par des propositions de mesures opérationnelles avant de devenir un plan (un vrai ?) à proprement parler.

Cette vision globale de la transformation sert ainsi de point de départ pour mobiliser les acteurs sectoriels et territoriaux concernés. Le but de cette mobilisation : recueillir leurs avis, faire avancer les réflexions sur la décarbonation et la résilience dans leurs domaines respectifs, et ce faisant élaborer, secteur par secteur, des mesures plus concrètes permettant de déclencher la transformation dans les bons ordres de grandeur.

Ces démarches et leurs résultats alimenteront de manière originale et, nous l’espérons, utile, le débat public précédant l’élection présidentielle française de 2022. Cette deuxième étape débute maintenant.

Comment avons-nous travaillé ?

Nous avons retenu une approche s’intéressant aux flux physiques plutôt qu’aux flux monétaires : nos indicateurs sont d’abord des Kilowatt-heure, des tonnes de CO2, des passagers.km, des tonnes de denrées alimentaires, des m2 de terres arables ou de bâtiments, des nombres de véhicules etc.

Il s’agit aussi d’une approche qui prend en compte les individus dans leurs interactions avec les flux physiques, à la fois en tant que consommateurs (de biens et de services : focus sur les modes de vie) et producteurs (de biens et de services : focus sur l’emploi) et citoyens (évidemment concernés, et également destinataires de nos travaux).

Il s’agit enfin d’une approche qui, sans être exhaustive, se veut systémique se focalisant sur les interactions entre secteurs : bilan des besoins en énergie, en matière, en emplois et en financement ainsi que proposition de réponses à ces besoins.

À quoi servent ces fiches de synthèses ?

Ces fiches de synthèse provisoires font état d’un certain nombre de questions clés que nous avons commencé à explorer. Les fiches reflètent la maturité du débat dans les différents secteurs :

  • pour certains secteurs, comme ceux des services, l’heure est encore à la bonne compréhension du niveau actuel d’émissions de gaz à effet de serre (GES) ;
  • pour d’autres secteurs, elle est à la bonne compréhension de l’efficacité des différents leviers qui peuvent être actionnés (fret, mobilité longue distance, industrie…) ;
  • pour les secteurs les plus matures, l’heure est à la définition des modalités de mise en œuvre des leviers apparus comme les plus efficaces (mobilité quotidienne, numérique, logement…).

Les fiches posent les « conditions aux limites » de transformation des différents secteurs en mettant l’accent sur flux physiques transitant entre ces secteurs, ainsi que sur les limites en termes de production d’énergie et de matière destinée à l’économie dans son ensemble.

La suite du chantier s’articulera sur l’année et demie à venir

Nous comptons alimenter le débat public français en général, et faire avancer sur chaque sujet en mobilisant les acteurs sectoriels d’une part et les acteurs territoriaux d’autre part.

  • Acteurs sectoriels: préciser certains chiffrages (bilan carbone, efficacité des leviers disponibles), explorer et débattre des conditions de mise en œuvre des actions possibles.
  • Acteurs territoriaux: expliciter le Plan de transformation en le confrontant aux contraintes et opportunités locales, afin de le consolider et de le rendre aussi concret et actionnable que possible.
  • Débat public : partager les enseignements et propositions du Plan de transformation, en particulier auprès dees acteurs politiques et de la société civile, dans le contexte du débat public précédant l’élection présidentielle française de 2022.

Le travail sera alimenté par une large consultation

En vue d’alimenter le travail sectoriel et de nourrir le débat public français, Les Shifters (l’association des bénévoles du Shift) mènent entre octobre 2020 et l’été 2021 une grande consultation sous le nom de code de « Big Review » :

Votre contribution est possible pour la suite du travail : elle pourra être sectorielle, transversale, porter sur la valorisation et vulgarisation du travail ou consister simplement à vous rendre disponible pour un entretien avec l’équipe du Shift Project dans votre domaine d’expertise. Pour les plus motivé.e.s d’entre vous, rendez-vous sur cet autre formulaire en ligne pour proposer votre contribution : vous serez sollicité.e le moment venu.

 

Les fiches complètes de la Vision globale_v0