Publication du rapport intermédiaire Lean ICT : Pour une Sobriété Numérique

Les Ateliers collaboratifs du 29 mars 2018 ont été l’occasion de présenter le rapport intermédiaire du groupe de travail Lean ICT mais aussi d’échanger et de débattre entre experts de la manière d’aborder les impacts environnementaux du Numérique à l’heure de la digitalisation. Nous vous invitons à lire ce rapport intermédiaire, et à envoyer vos remarques à : communication@theshiftproject.org

 

Un rapport intermédiaire riche en enseignements : énergie, climat, matières premières et digitalisation

Téléchargez le rapport intermédiaireFruit d’un travail de près d’un an, cette première version du rapport a principalement pour mérite :

  • de donner des ordres de grandeur sur l’énergie et les matières premières mobilisées par la production et l’utilisation de plusieurs technologies numériques (ordinateurs, smartphones, TVs connectées, data centers) grâce à un Référentiel Environnemental du Numérique (REN);
  • de donner des perspectives globales sur l’évolution à moyen terme de la consommation mondiale d’électricité des systèmes numériques et des émissions de gaz à effet de serre engendrées – toutes deux en forme hausse – grâce à un travail de scénarisation ;
  • de replacer ces éléments dans un contexte double : celui du réchauffement climatique et de la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre, des limites sur l’approvisionnement en hydrocarbures, et des limites sur l’approvisionnement en matières premières et notamment en terres rares d’une part ; celui de la digitalisation, et donc de l’augmentation rapide des flux de données et du parc installé de terminaux d’autre part alors que les usages du numérique évoluent.

Les Ateliers collaboratifs du 29 mars 2018 : objectif et déroulement

Les Ateliers Lean ICT ont rassemblé plus de 50 professionnels. La matinée a commencé par une présentation du rapport intermédiaire par Hugues Ferreboeuf, directeur du groupe de travail Lean ICT pour The Shift Project.

Le projet « Lean ICT » vise à établir des recommandations et des outils qui permettent d’assurer la résilience du système numérique dans son ensemble. Pour ce faire, il s’agit dans un premier temps de caractériser l’impact environnemental du Numérique, afin d’ensuite pouvoir replacer les évolutions des usages et des infrastructures dans un contexte environnemental global. L’objectif des recommandations formulées à l’issue du projet sera ainsi de favoriser et permettre la mise en place d’un écosystème numérique qui soit résilient et durable sur le long terme et à échelle globale.

L’objectif général des ateliers a été d’organiser une réflexion autour des différents axes de travail du projet « Lean ICT », sur la base du rapport intermédiaire distribué à cette occasion et faisant état de l’avancée des travaux

du groupe de travail à la date de l’événement. Suite à une présentation introductive des objectifs généraux du projet et des conclusions générales construites à ce stade, ont été tenus les ateliers collaboratifs structurés selon quatre axes de travail :

  • Atelier n°1 : piloté par Françoise Berthoud (CNRS) sur le Référentiel environnemental du numérique
  • Atelier n°2 : piloté par Maxime Efoui (The Shift Project) et Xavier Verne (Ingénieur informatique) sur les scenarii prospectifs et leviers
  • Atelier n°3 : piloté par Pierre Fabre (AFD) sur le cas des Pays en Développement
  • Atelier n°4 : piloté par Hugues Ferreboeuf (The Shift Project), visait à identifier les actions à mener en 2018.

Nous mettons ci-dessous à votre disposition la synthèse des échanges, qui ont permis d’affiner certains aspects du rapport intermédiaire mais surtout viennent alimenter la suite du groupe de travail Lean ICT du Shift. Nous remercions tous les participants aux Ateliers pour leur précieuse contribution.

Synthèse des échanges : des éléments précieux pour la suite du travail

Atelier n°1 : Référentiel environnemental du Numérique

Objectifs

Cet atelier collaboratif a eu pour but d’organiser des échanges critiques autour des résultats présentés dans la version actuelle du « Référentiel Environnemental du Numérique » (REN), dont l’objectif est de proposer une base de données vérifiées et fiables illustrant les impacts environnementaux du Numérique.

Conclusions

Un certain nombre de propositions a été formulé quant aux éléments quantitatifs – terminaux comme le routeur, indicateurs environnementaux comme le volume de terre déplac

é lors de l’extraction de métaux… – qui pourraient être ajoutés aux données du REN pour en améliorer la pertinence.

L’atelier a également été l’occasion de discussions quant aux aspects liés à l’avenir du REN, tant comme outil de communication que comme initiative scientifique : il a notamment été évoqué l’importance de capitaliser sur cette initiative pour constituer une base de données unique reconnue par l’ensemble des acteurs et autorités du domaine et d’accès public

Atelier n°2 : Scenarii prospectifs et leviers

Objectifs

Cet atelier collaboratif a eu pour but d’organiser des échanges critiques autour des outils qu’il serait nécessaire de mettre en place pour assurer la mise en place d’une gouvernance numérique durable, efficace et concertée. L’objectif a donc été de réfléchir aux recommandations répondant à ces deux objectifs :

  • Limiter l’empreinte environnementale du Numérique,
  • Combler le vide qui existe au niveau de la gouvernance entre les visions opérationnelle et stratégique.

Conclusions

Les recom

mandations proposées pour limiter l’impact environnemental du Numérique dans le cadre de l’activité d’une organisation ont porté à la fois sur l’équipement des acteurs utilisateurs du Numérique (phase de fin vie, reconditionnement, taux d’équipement, conception logicielle etc.) et sur la gestion des activités qui en découlent (politiques d’achats et sous-traitance).

Les propositions portant sur la création d’outils permettant de combler le vide entre les différentes strates de gouvernance se sont essentiellement développées autour de l’idée que la mise au point de métriques à la fois numériques et environnementales, applicables à l’activité des organisations utilisatrices du Numérique, permettrait de faire exister des discussions et donc des prises de décisions éclairées au niveau de la gouvernance numérique.

Atelier n°3 : Le cas des Pays en Développement

Objectifs

Cet atelier collaboratif a eu pour but d’organiser des échanges critiques autour de la place du Numérique dans les économies des Pays en Développement (PED) et de la stratégie à adopter pour aboutir à des Recommandations étant à la fois adaptées aux contextes de ces régions et aux impératifs environnementaux qui s’appliquent aux infrastructures numériques.

Conclusions

Les discussions ayant eu lieu lors de cet atelier collaboratif ont montré qu’il est important de prendre en compte les divergences de contexte existant entre les PED et l’Europe ou, plus généralement, les Pays Développés, si l’on veut rester pertinent dans les analyses et la formulation de recommandations : tant sur le plan des dynamiques d’investissement et d’innovation (régies essentiellement par le Mobile Banking) que sur le rôle central détenu par le Numérique dans certains ODD (notamment 4, 9, 10 et 13 ), les particularités de la place du Numérique dans les économies  des PED en font un aspect à traiter via une constante remise en contexte.

Atelier n°4 : Les actions à mener en 2018

Objectifs

Cet atelier collaboratif a eu pour but d’organiser des échanges critiques autour des stratégies de communication et d’organisation des travaux qu’il faudrait mettre en place pour favoriser la réalisation effective des mesures préconisées par les nombreuses études menées jusqu’alors par les différents acteurs du « Numérique durable ».

Conclusions

Les échanges intervenus lors de cet atelier collaboratif ont permis de convenir unanimement qu’il est absolument nécessaire de mettre au point une coordination interacteurs afin d’augmenter significativement l’impact de la communication autour des enjeux environnementaux du Numérique.

La mise au point de messages à la croisée des visions et approches construites par les différents acteurs du Numérique durable aujourd’hui, permettrait ainsi de construire la colonne vertébrale d’une communication qui serait cohérente d’un acteur à l’autre, chacun agissant sur les sphères décisionnelles et d’influence lui étant propres.

Synthèse générale et prochaines étapes du projet

La présentation du  Rapport Intermédiaire et les échanges qui ont eu lieu au sein de ces Ateliers constituent une étape importante du projet Lean ICT, nous permettant d’enrichir notre réflexion et de préciser nos actions.

Nous prévoyons maintenant d’interagir dans les semaines et mois qui viennent avec d’autres acteurs explorant les interactions entre le Numérique et l’Environnement, en France et en Europe, avant la publication de notre rapport final.

Lire le rapport intermédiaire :

Téléchargez le rapport intermédiaire