[Invitation] Webinaire – Impact environnemental du numérique : tendances à 5 ans et gouvernance de la 5G (mardi 30 mars à 18h)

Share:

Le Shift est heureux de vous inviter au webinaire de présentation de sa nouvelle étude « Impact environnemental du numérique : tendances à 5 ans et gouvernance de la 5G », le mardi 30 mars de 18h à 20h00. Cette note d’analyse met notamment à jour les scénarios prospectifs des impacts du numérique mondial et formule des propositions pour une « 5G raisonnée ».

Comment rendre le numérique compatible avec la trajectoire 2°C ? Quelles questions instruire sérieusement et quels acteurs mobiliser pour un système numérique résilient ? Comment relancer le débat sur la 5G pour construire une gouvernance numérique adaptée et efficace ?

Comment assister

Date : Mardi 30 mars 2021, en format webinaire, de 18h à 20h00.
Connexion : rdv sur Zoom et en direct sur notre page Facebook.
Inscription : gratuite et facultative, elle se fait via le formulaire en ligne.
Replay : Dans le cas où vous ne pourriez assister à ce webinaire, sachez qu’un replay de cette vidéo-conférence sera disponible sur notre page Facebook (directement après l’événement) et sur notre chaîne Youtube (quelques jours après l’événement).

Programme

17h50 – Accueil Zoom et ouverture du live Facebook

18h Mot d’introduction

  • Jean-Marc Jancovici, Président, The Shift Project

18h05 Présentation de l’étude « Impact environnemental du numérique : tendances à 5 ans et gouvernance de la 5G »

  • Hugues Ferreboeuf, Chef de projet Numérique, The Shift Project
  • Maxime Efoui-Hess, Coordinateur de projet Numérique, The Shift Project

18h45 Réaction du troisième auteur de la note d’analyse

  • Xavier Verne, Directeur Adjoint « Numérique responsable », SNCF

18h50 Temps d’échange (Questions/réponses) avec le public

19h05 Table-ronde « Quels outils et quels plans d’actions pour une intégration du numérique dans la stratégie nationale bas carbone et son équivalent européen ? »

  • Eric Vidalenc, Chef de projet Prospective Energies Ressources, ADEME
  • Pascal Guiheneuf, Représentant CFDT et ingénieur
  • Patrick Chaize, Sénateur, Vice-Président de la commission des affaires économiques et membre de la délégation sénatoriale à la prospective
  • Caroline Zorn, Docteure en droit et avocate, Vice-Présidente de l’Eurométropole de Strasbourg à l’Enseignement supérieur, recherche, vie étudiante, métropole numérique et innovante et conseillère municipale déléguée à la ville numérique

19h45 Temps d’échange (Questions/réponses) avec le public

20h00 Conclusion

20h05 – Fin de l’événement

A propos de l’étude

Depuis 2018, nos travaux sur le numérique nous ont permis de définir notre vision du concept de sobriété numérique. Les constats ainsi établis ont alimenté, notamment grâce à la production de chiffres, une prise de conscience de l’importance de l’empreinte environnementale du numérique, de son augmentation préoccupante et des raisons systémiques qui conduisent à cette situation. Dans notre dernier rapport (octobre 2020), nous proposions des mesures très opérationnelles pour mettre en œuvre la sobriété numérique.

Nous publions cette fois une note d’analyse ayant pour objectifs de :

  • Consolider le travail de chiffrage de l’impact environnemental mondial du numérique via une mise à jour de nos scénarios de 2018 ;
  • Utiliser le déploiement de la 5G comme illustration grandeur nature des questions à poser explicitement pour dimensionner un choix technologique et assurer sa pertinence ;
  • Comprendre en quoi la cristallisation du débat sur la 5G démontre la nécessité de construire une discussion collective plus large et plus efficace sur nos choix technologiques.

Constats

Les enchères sur la 5G ont eu lieu, et les premiers déploiements sont lancés en France. Parallèlement, la crise sanitaire a rappelé avec force que les technologies numériques font partie intégrante des services essentiels de notre société.

Dans ce contexte, nous avons mis à jour nos scénarios prospectifs de 2018. Nos résultats confirment les tendances identifiées, à savoir une part du numérique dans les émissions mondiales non négligeable (3 à 4 %) et une dynamique préoccupante de la croissance de ses impacts (+ 6 %/an), incompatible avec la trajectoire 2°C.

Les progrès technologiques sur l’efficacité énergétique n’ont jamais suffi à compenser l’augmentation des usages. Le constat est donc indéniable : l’impact du numérique ne fera qu’augmenter si nous ne nous donnons pas les moyens de le piloter.

En l’absence de réinvention des comportements et des modèles d’affaires, le déploiement des nouvelles générations de réseaux (dont la 5G imminente) et le développement des usages associés (IoT, IA, edge computing, progression des usages vidéo très haute résolution sur mobiles) accentueront cette tendance.

Le déploiement de la 5G : une manifestation grandeur nature d’un numérique insoutenable

Avec une augmentation moyenne de 34 % par an sur la période 2013-2019, la consommation électrique associée à nos usages mobiles dans le monde représente en effet 1,5 fois celle de nos usages fixes. Ils sont ainsi au cœur des enjeux posés par les tendances insoutenables déjà identifiées en 2018 (confirmée dans cette mise à jour), or ce sont bien elles qui motivent aujourd’hui le déploiement de notre 5ème génération de réseaux mobiles.

Sur la 5G, un constat fait consensus : son déploiement en masse sur les territoires entraînera une augmentation de la consommation énergétique associée (production et utilisation des terminaux et infrastructures).

Pour une « 5G mesurée »

Pour rendre la 5G soutenable, c’est à dire compatible avec les Accords de Paris, il sera impossible de la déployer en masse. Alors où déployer et pourquoi ? Comment déployer une« 5G mesurée », par opposition à une 5G de masse ?

Le débat sur le moratoire et son résultat ont déclenché le déploiement des premières briques d’infrastructures, mais n’ont pas répondu aux deux questions qui doivent structurer nos choix : le « pourquoi » et le « comment » déployer la 5G. Traiter ces questions, du cadre de pertinence et des modalités de déploiement, est indispensable à rendre la 5G soutenable.

Dès lors, à quels usages se limiter (e-santé, Industrie 4.0, etc.) et comment les choisir ? Ces questions ne pourront être adressées qu’à la condition d’une nouvelle méthode de concertation, et donc d’une nouvelle gouvernance.

Rendre le système numérique européen résilient : il nous faut un plan

Ce qu’a démontré le débat sur la 5G en 2020, c’est que nos mécanismes de régulation numérique ne sont pas conçus pour gérer des questions de cette ampleur. Il est indispensable de construire une nouvelle gouvernance du numérique, française puis européenne, qui mobilise tous les acteurs indispensables au pilotage de nos réseaux.

Nous formulons ainsi 3 propositions majeures :

  • Construire une nouvelle gouvernance du numérique (Arcep, société civile, FR-EU-territoires)

– Initiée et orchestrée par les pouvoirs publics,
– Appuyée sur les régulateurs comme l’Arcep, pivots de la gouvernance des réseaux,
– Impliquant la représentation citoyenne et la société civile, premier échelon pour identifier nos usages prioritaires.

  • Inventer des modèles économiques compatibles avec la diminution des impacts (Opérateurs, Services, Fabricants)

– Construits par les opérateurs, fournisseurs de services et fournisseurs d’équipements, qui connaissent les réalités opérationnelles.

  • Développer les outils d’un pilotage soutenable

– Définir des objectifs quantitatifs;
– Développer des outils d’évaluation des impacts;
– Ajuster la gouvernance pour les atteindre.

Sans réflexion de cette nature, nos politiques et stratégies de déploiement des outils numériques resteront les opportunités gâchées d’une transition numérique qui, bien qu’omniprésente, échouera à contribuer à relever les défis physiques et sociétaux de ce siècle.


Share: