La transition énergétique allemande s'invite aux Ateliers du Shift : focus sur le secteur électrique

Dimitri Pescia est chargé des politiques de coopération européennes de l’énergie du think-tank Agora Energiwende, qui travaille de près avec les gouvernements allemands depuis sa création en 2011. Auparavant, il a travaillé pour la DG Trésor, au service économique de l’Ambassade de France à Berlin, sur l’énergie et les matières premières.
 
Dimitri a présenté la transition énergétique en Allemagne avec un focus sur le secteur électrique et son changement fondamental par l’introduction massive de l’éolien et du photovoltaïque. Il a explicité les objectifs de la transition énergétique allemande qu’il a qualifiés de multisectoriels.
 
Quatre objectifs politiques ont été distingués : le climat, la sortie du nucléaire, la compétitivité et la sécurité énergétique. Viennent s’ajouter deux objectifs stratégiques pour les mettre en œuvre : le développement des énergies renouvelables et la réduction de la consommation énergétique primaire. Cette politique volontariste a déjà permis à l’Allemagne d’être exportatrice nette d’électricité, et d’être en bonne voie pour une substitution totale du nucléaire par les renouvelables, avec l’arrêt du dernier réacteur planifié en 2022. Mais la stagnation de la part du charbon et donc des émissions de CO2 au moins pour le futur proche est une autre conséquence du choix assumé par l’Allemagne. 

Dimitri s’est ensuite penché sur la question de l’éolien et du photovoltaïque, technologies devenues matures et dont les coûts ont fortement baissé. Néanmoins, il a précisé, que l’Allemagne continue de payer ces technologies cher, notamment à cause de sa politique de promotion des énergies renouvelables comme les tarifs d’achat garantis. Ensuite, il a mis en exergue les coûts de l’intégration et gestion de la variabilité, soulignant l’existence d’options de flexibilité à moindre coûts pour finir son exposé avec l’enjeu de la dé-charbonation et la généralisation de la transition énergétique aux autres voisins européens, notamment la France.
 
A la suite de son exposé, Dimtri a été rejoint par Erik Pharabod, directeur Information et Transparence RTE. La discussion, animée par Cédric Ringenbach, directeur du Shift, a porté sur la transition énergétique dans les contextes allemand et français. Ce fut l’occasion pour plusieurs invités d’intervenir et de discuter de sujets tels que la place actuelle et future du charbon dans le système énergétique allemand, la question du stockage de l’énergie ou encore la capacité ou pas des énergies renouvelables à se substituer au nucléaire en France.