Bravo pour l’accord de Paris : et maintenant, au travail !

L'accord de Paris est une formidable victoire historique, attendue depuis des années par tous les acteurs de la transition. Malgré un flou regrettable concernant la réduction des émissions d’ici 2100, l’accord donne enfin des signaux puissants pour avancer vers la société bas carbone de demain : objectifs nationaux révisables, objectif global de rester en-deça des 2°C, transparence, financement, gestion de l'adaptation, prise en compte des pertes et dommages liés au changement climatique. 

 

La tâche qu’il reste à accomplir est immense. Les modalités pratiques doivent être traitées par le plus grand nombre d’instances possible : Commission européenne, Etats, fédérations professionnelles, instances de régulation, collectivités locales, grandes entreprises, etc. 

 

L'économie a tout à gagner, et doit pour cela relever trois défis et s’atteler à trois priorités. 

Trois défis. Accélérer la cadence, renforcer les mécanismes requis (notamment en matière de financement), et accepter le cadre réglementaire indispensable dans une ère post-carbone. 

Trois priorités. Faire émerger un prix du carbone, encourager les acteurs de l'efficacité et de la sobriété énergétique, et développer le mix énergétique de demain.

 

Unanimement considérée comme la clé de la transition, l’émergence d'un prix du carbone contraignant sera difficile. Le pétrole cher avait engendré un début de dynamique en matière de fiscalité carbone. Il faut à présent capitaliser sur le très bas prix des hydrocarbures, afin de faire monter en puissance cette fiscalité. Du côté du marché européen des quotas d'émissions, une réorientation de la stratégie, en faveur de laquelle le Shift milite au quotidien, paraît plus nécessaire que jamais.

 

Grâce à l’accord de Paris, la transition vers une économie bas-carbone bénéficie d’une chance unique et sans précédent de s’accomplir, afin de libérer la créativité, l'innovation et les nouveaux projets créateurs d'emplois. Au travail !